Les escarpins : depuis des décennies

Les escarpins : depuis des décennies

L’escarpin est la paire qui depuis des décennies a su évoluer dans le temps et faire parler d’elle.  Si au fil des années, l’escarpin a réussi son succès et a conquis le cœur de millions de femmes, c’est bien pour son histoire et sa variété en termes de choix.

L’escarpin, que tout le monde connaît : c’est la chaussure fermée dont le talon mesure 4cm au minimum. On l’appelle aussi « décolleté », laissant apparaître le cou-de-pied. Certains modèles peuvent être ornés d’une bride qui vient accessoiriser la cheville. Il peut avoir un bout rond ou pointu ou encore même semi-pointu (qui est un juste milieu entre le rond et le bout pointu).

Tout dépend du style et l’occasion pour laquelle vous les portés.

Généralement dans l’ancien temps l’escarpin été porté par la bourgeoisie, mais notamment de nombreuses premières dames, des personnalités et des personnes possédant une certaine richesse et stabilité financières permettant de s’offrir ce luxe. Car l’escarpin faisait objet de prestige et affirmant une position sociale élevé. A cette époque déjà, les modèles étaient également très variés, allant d’escarpin verni et bordé d’un galon de soie, et l’aspect élégant des escarpins séduit les femmes de l’époque qui l’ornent de dentelle et de rubans.

 

A partir des années 50 :

À la suite de son succès et avec l’évolution de la femme plus moderne : c’est dans les années 50 que l’escarpin à talon aiguille et plus haut fait son apparition. Ce type de chaussure devient dès lors un des attributs majeurs de la silhouette New Look, affirmant la féminité et soulignant la silhouette svelte des mannequins. Elle continuera au fil des années à être signe d’une image très prestigieuse et règnera de son succès. Ainsi, depuis cette génération de la femme rétro et vintage, l’escarpin commencera aussi à être porté notamment par les hôtesses de bar, de l’air, par des femmes exerçant une profession libérale telle que des avocates, juristes, médecins, professeurs…. Mais aussi des étudiantes et femmes d’affaires….

 

Les escarpins : la paire qui a conquis le cœur des femmes durant des générations

Considéré comme élégant, l’escarpin se porte en ville ou en soirée, par exemple avec un tailleur ou une robe habillée. De nos jours, la mode ayant démocratisé cet accessoire, l’escarpin est couramment porté en journée, avec une tenue décontractée, telle qu’un jean par exemple.

 

Les escarpins font toujours l’objet de recherches dans l’industrie de la mode & en voici quelques-uns pour bien choisir votre style :

 

L’escarpin d’orsay : c’est l’appellation qu’on donne à une chaussure dont la tige (la partie supérieure d’une chaussure) est séparée en 2 parties : l’une à l’avant et l’autre à l’arrière du pied. L’escarpin d’orsay est donc un escarpin dont la tige est coupée.

 

 

L’escarpin à bout ouvert : est un escarpin dont le bout est découpé. Il laisse apparaître plus souvent les deux voire trois premiers orteils. Très côté dans les années 50, ce modèle a   également été très représenté dans les représentations photographiques style Pin-Up. Notamment l’actrice et modèle emblématique Marilyn Monroe qui représenter ce style Pin-Up en portant toujours des escarpins à bout ouvert.

 

Escarpin à bride arrière : qui est un escarpin ouvert à l’arrière & qui se ferme via une bride à sangle sur l’arrière de la cheville. Ce qui est pratique pour l’ajuster à la forme du pied.

 

Ce modèle étant aussi très apprécié dans les années 50/60/70… & qui continue de faire son apparition dans les temps modernes.

 


Stiletto : Le stiletto est à la base un escarpin chic et sexy à talon aiguille très fin et très haut (plus de 7cm). Mais ce terme est à présent utilisé aussi pour parler tout simplement de « talons aiguilles » quel que soit le modèle ou style de la chaussure.

 

Et pour finir l’escarpin dites « décolleté » : qui est la paire d’escarpin classique, quel que soit son talon qu’il soit : compensé, large, aiguille haut ou pas.

Pour les adeptes des bouts pointus : les femmes les préfèrent car c’est esthétiquement plus joli, et ça en impose visuellement pour le côté chic, élégant, et très classe.

Pour les bouts ronds : un peu moins esthétique mais plus agréable pour le confort, surtout pour les femmes ayant parfois une mauvaise circulation sanguine ou les jambes lourdes. Pour vos toutes premières marches à talons il est préférable d’opter pour les bouts ronds et une fois plus à l’aise passé en bout pointu ou semi-pointu.